logofg

ANTICIPER
Nutrition

Régime méditerranéen et réduction du risque cardio-vasculaire : Une étude exclusivement féminine

Le Dr Jean-François Renucci médecin vasculaire et de prévention, ambassadeur d’Agir pour le Cœur des Femmes souligne les bienfaits du régime méditerranéen sur la prévention cardio-vasculaire des femmes. L’alimentation est une des clés de cette prévention positive et efficace comme le souligne cette étude américaine parue récemment dans la Revue Heart..

placeholder image

Ces nouvelles données d’observation, parues dans Heart, semblent indiquer que le régime méditerranéen est associé à une incidence plus faible des maladies cardiovasculaires (MCV) et de la mortalité chez les femmes.
Celles qui adhéraient le plus au régime méditerranéen présentaient un risque de MCV inférieur de 24 % et un risque de décès inférieur de 23 %.
« Une alimentation saine est un facteur déterminant dans la prévention des maladies cardiaques. Cependant, les recommandations actuelles sur la prévention des maladies cardiaques ne contiennent pas de recommandations spécifiques au sexe », a déclaré le Dr Sarah Zaman, Université de Sydney, un des médecins référents de l’étude.

« Historiquement, les recherche et les études ont inclus des participants majoritairement masculins ou n’ont pas fait l’objet d’une analyse spécifique ; Nos résultats ouvriront la voie pour combler cette lacune et soulignent également la nécessité de poursuivre les recherches pour s’assurer que les recommandations et les politiques en matière de santé tiennent compte de la diversité. »

Analyse des résultats

L’analyse systématique de 16 études publiées entre 2006 et 2021 qui faisaient état du régime méditerranéen et incluaient soit des femmes, soit des résultats stratifiés par sexe. Ont été exclues les études qui ne faisaient référence qu’à certaines composantes du régime méditerranéen ou qui le combinaient avec d’autres facteurs liés au mode de vie.
Les études, menées principalement aux États-Unis et en Europe, ont inclus 722 495 femmes adultes sans antécédents de MCV, avec un suivi médian de 12,5 ans.
Une meilleure adhésion au régime méditerranéen a été définie comme la catégorie la plus élevée d’adhésion au régime méditerranéen. Les MCV incidentes comprenaient les maladies coronariennes, les infarctus du myocarde, les accidents vasculaires cérébraux, les insuffisances cardiaques, les décès d’origine cardio-vasculaire, les événements cardiaques et cérébro-vasculaires majeurs et les maladies cardio-vasculaires survenues par les patients.
Dans l’ensemble, une plus grande adhésion à un régime méditerranéen a été associée à une fréquence plus faible des MCV : HR = 0,76 (IC 95 % 0,72 - 0,81), de la mortalité totale : HR = 0,77 (IC 95 % 0,74 - 0,80) et des maladies coronariennes :HR = 0,75 (IC 95 % 0,65 - 0,87).
L’incidence des accidents vasculaires cérébraux était également plus faible chez les femmes qui suivaient le régime méditerranéen, bien que cela ne soit statistiquement significatif : HR = 0,87 (IC 95 % 0,76-1,01).



Des analyses supplémentaires ont révélé des réductions similaires du risque chez les femmes de différentes ethnies. Dans le même temps, les auteurs ont souligné plusieurs limites, notamment la nature observationnelle de toutes les études, l’utilisation de questionnaires de fréquence alimentaire autodéclarés et l’hétérogénéité des ajustements pour les facteurs de risque dans les études.
Futures orientations

Les chercheurs ont appelé à davantage de recherches en cardiologie, notamment sur les facteurs de risque liés à la ménopause précoce, à la prééclampsie, au diabète gestationnel et aux maladies auto-immunes telles que le lupus systémique.
Les études futures devraient également explorer les mécanismes sous-jacents susceptibles d’expliquer les liens entre le régime méditerranéen et MCV.
Par exemple, le régime peut réduire l’inflammation et les facteurs de risque cardio-vasculaire par le biais des antioxydants et des voies bénéfiques du microbiome intestinal. D’autres composants du régime, tels que les polyphénols, les acides gras oméga-3, un apport plus élevé en fibres et une charge glycémique réduite ; pourraient également jouer un rôle.

« Il est frappant de voir à quel point les propriétés cardio-protectrices à long terme d’un régime alimentaire de type méditerranéen sont puissantes », a déclaré le Dr Samia Mora, professeur de Médecine à la Harvard Medical School (Boston). Les auteurs notent aussi que les femmes qui adhèrent fortement au régime méditerranéen sont plus susceptibles d’avoir moins d’inflammation, une moindre résistance à l’insuline, un indice de masse corporelle plus bas et une pression artérielle plus basse, ainsi qu’une amélioration des profils lipidiques et métaboliques .

« Cela pourrait représenter une opportunité d’intervenir plus tôt et de manière plus intensive sur l’amélioration de l’inflammation, de la résistance à l’insuline et de la santé cardio-métabolique grâce à des approches diététiques fondées sur des preuves telles que le régime méditerranéen », a-t-elle déclaré.
Référence :
Pant A., Gribbin S., McIntyre D. et al. Primary prevention of cardiovascular disease in women with a Mediterranean diet: systematic review and meta-analysis. Heart, March 14, 2023.

 
VOIR AUSSI
placeholder

Le cholestérol, un ennemi à prendre au sérieux

Cholestérol

Graisse naturelle indispensable, le cholestérol est un constituant de la paroi de nos cellules. Il entre également dans la composition de nombreuses hormones. Il est au trois-quarts produit par le foie, le reste provenant de l'alimentation. Il se trouve dans les produits d'origine animale [...]

Lire la suite

placeholder

Le tabac, un véritable malfaiteur, ennemi N° 1 de la femme jeune

Tabac

Le tabac est le facteur de risque évitable le plus alarmant, car responsable des accidents cardio-vasculaires les plus précoces chez la femme. A tout âge, à tabagisme égal, le risque d’infarctus est supérieur chez les femmes (+ 25 %) par rapport aux hommes. Dès la première cigarette, le [...]

Lire la suite

placeholder

Le risque d’AVC et de séquelles est plus élevé chez les pauvres

MEDECINE VASCULAIRE

Selon une étude du Ministère de la Santé, la fréquence de survenue d’un accident vasculaire cérébral parmi les personnes appartenant aux 25% les plus modestes est 40 % plus élevée que parmi celles appartenant aux 25 % les plus aisées. Et deux fois supérieur entre 45 et 64 ans. Appartenir [...]

Lire la suite

 Votre don permettra d’améliorer
la prévention au moment clef
de la vie d’une femme