logofg

ANTICIPER
Nutrition

Hypertension artérielle : la consommation de sel peut affecter différemment les hommes et les femmes

Le Dr Jean-François Renucci médecin vasculaire au CHU de la Timone à Marseille et ambassadeur d’Agir pour le cœur des femmes souligne les méfaits du sel sur notre santé et plus particulièrement sur le contrôle de notre pression artérielle, les femmes y étant plus sensibles que les hommes et à tout âge.

placeholder image

Les points forts
• L’hypertension artérielle, touche environ 1,28 milliard d’adultes dans le monde, dont beaucoup dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.
• Si la pression artérielle n’est pas contrôlée, elle peut augmenter le risque de maladies cardiaques, cérébrales et rénales.
• Une cause courante mais moins connue de l’hypertension est la sensibilité au sel – où le corps ne parvient pas à éliminer l’excès de sel.
• Une nouvelle étude a révélé que les femmes de tous âges sont plus sensibles au sel que les hommes, ce qui peut avoir des implications sur le contrôle de la pression artérielle.
Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), près de 1,3 milliard d’adultes âgés de 30 à 79 ans dans le monde souffrent d’hypertension artérielle (HTA) (pression artérielle élevée). Depuis 1990, le nombre de personnes souffrant d’hypertension artérielle dans le monde a doublé. En France, ce sont 15 millions d’hypertendus. Il est démontré que les femmes sont moins dépistées, moins traitées et moins bien contrôlées pour leur HTA que les hommes.
Il existe plusieurs facteurs bien connus qui augmentent le risque d’hypertension artérielle:
• L’âge : l’hypertension est plus fréquente après 65 ans
• L’ethnie : Certains groupes ethniques (notamment l’Afrique noire et l’Afrique du nord) sont plus sujets à l’hypertension que les autres
• L’obésité est un facteur de risque pour l’hypertension
• La consommation régulière d’alcool et de tabac.
• Le sexe : les hommes ont un risque plus élevé de développer une hypertension que les femmes. Cependant, ce n’est vrai que jusqu’à la ménopause
• Les conditions de santé existantes : maladie cardio-vasculaire maladie rénale chronique et surtout à mesure que les gens vieillissent, le syndrome d’apnée du sommeil.
• La grossesse chez certaines femmes quand le placenta ne se développe pas bien
• Certains médicaments : contraception avec ethynil-estradiol, corticoïdes, immunosuppresseurs, certains antidépresseurs, anti-inflammatoire non stéroïdiens…
• Certains tooxiques : amphétamines, cocaine, popop….
Un facteur moins connu qui peut faire augmenter la pression artérielle est la sensibilité au sel qui est la tendance du corps à retenir le sel plutôt que de l’éliminer par les reins en sachant que cela va augmenter la rétention d’eau, qui suit le sel , le volume sanguin qui circule dans nos artères et donc la pression artérielle.
Une revue des données épidémiologiques publiées dans Hypertension, une revue américaine, suggère que les femmes de tous âges et de toutes origines ethniques sont plus sensibles au sel que les hommes et cette tendance augmente après la ménopause.
Qu’est-ce que la sensibilité au sel ?
Le sel comprend environ 40 % d’ions sodium et 60 % d’ions chlorure. Nous avons besoin de manière physiologique que d’une petite quantité de sodium par jour, environ 500 mg (ou un quart de cuillère à café de sel).
Cependant, la plupart des gens consomment plus de sodium qu’ils n’en ont besoin. Dans les pays à revenu élevé, environ 75 % de l’apport en sel provient d’aliments transformés et de repas consommés à l’extérieur de la maison.
Le Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) conseille d’augmenter les aliments frais dans l’alimentation pour réduire l’apport en sel, et pour les aliments transformés, ceux qui contiennent moins de 600 mg par portion.
Selon le CDC, la recherche montre une forte relation entre la quantité de sel consommée et le niveau de pression artérielle. Et pour la plupart des gens, la réduction de la consommation de sel entraîne une baisse de la pression artérielle.
À l’échelle mondiale, les gens consomment en moyenne 9 à 12 grammes de sel par jour, environ le double de la recommandation de l’OMS qui est de 5 grammes par jour pour la santé cardiovasculaire.
Certaines personnes peuvent éliminer efficacement un apport en sel plus élevé, de sorte qu’il n’augmente pas leur pression artérielle. Cependant, pour beaucoup, des changements dans l’apport alimentaire en sel peuvent entraîner des variations notables de la pression artérielle. On dit que ces personnes sont sensibles au sel.
Une estimation de l’American Heart Association indique que la sensibilité au sel est présente chez environ 51 % des personnes souffrant d’hypertension et chez 26 % des personnes qui n’ont pas d’hypertension artérielle.
La sensibilité au sel est la cause de l’hypertension artérielle sans que cette hypothèse soit systématiquement évoquée. Or elle contribue alors aussi souvent aussi à la résistance aux traitements antihypertenseurs.
Comment la consommation de sel affecte les femmes par rapport aux hommes ?
Il est reconnu depuis longtemps que hommes de moins de 65 ans ont un risque d’hypertension plus élevé que les femmes, mais le risque augmente pour les femmes après la ménopause.
Cette étude suggère que les femmes sont prédisposées à la sensibilité au sel, ce qui peut augmenter la pression artérielle même si des données indiquent que les reins des femmes excrètent mieux le sel. Le problème, semble-t-il, est lié au système vasculaire, car le sel devrait également détendre les vaisseaux sanguins, mais ce n’est pas le cas chez les personnes sensibles au sel. Lorsque les vaisseaux sanguins se détendent et se dilatent, la pression artérielle diminue alors que si les vaisseaux sanguins ne se détendent pas, la pression artérielle augmente.
Le rôle des hormones dans la Pression Artérielle
Le rôle des estrogènes dans le contrôle de la pression artérielle a été longuement débattu. La sensibilité au sel augmente après la ménopause lorsque les niveaux d’œstrogènes étaient plus faibles. Une autre hormone, l’aldostérone, sécrétée par les glandes surrénaliennes intervient dans le métabolisme du sel : elle retient le sel, et contrôle également la capacité des vaisseaux sanguins à se dilater. Les femmes ont une production d’aldostérone inappropriée en réponse à l’ingestion de sel.
En pratique, il faut réduire sa consommation de sel au quotidien
Il est utile, en terme de prévention, que les femmes sensibles au sel soient attentives à leur apport alimentaire en sodium et essaient de réduire leur consommation au maximum. »
Ce conseil est valable pour tout le monde : Tout le monde devrait suivre les recommandations de l’American Heart Association concernant la consommation de sel. Actuellement, la consommation moyenne par jour est de 3,4 g quand l’AHA recommande 2,3 g sachant que la quantité idéale serait de 1,5 g.

Les principaux aliments riches en sel :





































































































































Teneur en sodium

g/100 g
Lait et produits laitiers Céréales et dérivés Produits carnés Fruits, légumes

et végétaux
Œufs Poissons, mollusques

et crustacés
Autres
385             Sel fin
350             Sel de mer
150             Cube pour bouillon
50 – 60           Anchois à l’huile Sauce de soja
30 – 40       Olive noire en saumure   Œufs de lampe en semi-conserve Moutarde
20 – 30     Jambon sec

Saucisson sec

Jambon cru
Olive verte en saumure   Caviar en semi-conserve

Crevette cuite
 
15 – 20 Roquefort   Bacon fumé cuit

Filet de bacon cuit

Salami

Jambon fumé
    Saumon fumé Amuse-gueule

Vinaigrette

Riz cantonais
12 – 15 Feta

Sainte-Maure

Bleu d’Auvergne

Fourme d’Ambert
  Poitrine de porc fumée       Ketchup

Biscuits apéritif
11 – 12 Carré de l’Est         Pâté à base de poisson

ou de crustacés

Bigorneau cuit
Sauce vinaigrette allégée
10 – 11 Edam

Maroilles

Fromage fondu
Biscuit sec Cervelas

Saucisson à l’ail

Mortadelle

Saucisse de Strasbourg

Saucisse cocktail
       
9 – 10 Morbier

Cantal

Munster

Parmesan
Céréales de petit

déjeuner
Fromage de tête

Jambon cuit

Merguez

Saucisse de Francfort
       
8 – 9 Beurre demi-sel

Reblochon

Tomme

Fromage des Pyrénées

Camembert

Chaource
Pop-corn salé Boudin noir     Hareng saur

Haddock fumé
Pomme de terre dauphine

Hot-dog à la moutarde

Biscuits apéritif au

fromage

Friand à la viande

 
VOIR AUSSI
placeholder

Les symptômes et la qualité de vie sont importants pour guider le traitement de la maladie artérielle périphérique (MAP) ou AOMI

MEDECINE VASCULAIRE

Pourquoi une déclaration scientifique ? Aux États-Unis, 8,5 millions de personnes ont une maladie artérielle périphérique (PAD) que nous appelons plus volontiers Artériopathie Oblitérante des Membres Inférieurs (AOMI) qui correspond à un rétrécissement ou une obstruction des [...]

Lire la suite

placeholder

Greffe cardiaque et grossesse : naissance et renaissance

Gynécologie

L’insuffisance cardiaque chronique est dans la majorité des cas une contre-indication à la grossesse car celle-ci peut mettre en danger la vie de la maman. Le coeur est, en effet, très sollicité, lors de la grossesse et de l’accouchement. Certains médicaments prescrits pour l’insuffisance [...]

Lire la suite

placeholder

Stress : Protégeons les femmes du briseur de coeur

Stress

Comme nous l’a rappelé la Covid 19, une maladie a des causes et des conséquences qui sont à la fois biologiques, psychologiques et sociales. De nombreuses études démontrent que les facteurs psychosociaux ont un rôle non négligeable dans la progression des infarctus chez les femmes jeunes. Le [...]

Lire la suite

 Votre don permettra d’améliorer
la prévention au moment clef
de la vie d’une femme