logofg

TEMOIGNAGES
secrétaire médicale, Lille

Marlène, 37 ans

placeholder image

Je n’avais pas de problème de santé avant ma grossesse en 2009, mais j’étais assez surveillée puisque j'attendais des jumeaux. J’ai été hospitalisée à 37 semaines pour surveiller les bébés, et j'ai eu beaucoup d'œdèmes en fin de grossesse. L’accouchement a été déclenché par césarienne car l’état de santé des jumeaux était limite.
Une fois remontée en chambre je me suis sentie très fatiguée, ce d’autant que j’avais eu une hémorragie importante. Je voulais juste une chose : dormir. J'étais tellement épuisée que j’ai demandé à ce que mes bébés soient placés en pouponnière le temps que je me repose. J’ai senti l’étonnement, presque le reproche au travers du regard de la sage femme, mais je n’avais plus de force.

Pendant la nuit, le monitoring a commencé à s'alarmer. Je ne comprenais pas trop ce qui se passait. Le lendemain matin, les médecins ont décidé de me descendre en salle d'observation. Mon état continuait à se dégrader, notamment la saturation en oxygène qui baissait fortement. J’ai eu une radiographie des poumons qui a révélé le diagnostic : je faisais un œdème du poumon. Suite à cela, l’échographie cardiaque a révélé que ma fonction cardiaque était effondrée à 10% (la valeur d’un cœur normal est entre 50 et 70% !).
L’équipe médicale m’a expliqué ce qui se passait mais je ne me rendais pas compte de la gravité de la situation. Je voulais juste dormir, j’étais épuisée.

Les médecins m'ont transférée dans le service de cardiologie où on m’a très bien expliqué la situation, et annoncé le diagnostic : j’avais une cardiomyopathie du peripartum. Une forme rare d’insuffisance cardiaque qui se déclenche en fin de grossesse ou juste après l’accouchement. Les médecins m’ont prescrit des médicaments adaptés. Si mon état continuait à se dégrader, il fallait envisager une greffe cardiaque. Heureusement, la situation s’est améliorée lentement, jours après jours. Mes jumeaux sont rentrés une semaine après l’accouchement à la maison, je ne pouvais les voir qu’une heure par jour à l'hôpital. Je les ai rejoins quelques semaines plus tard.

A l'époque je ne le savais pas, mais c'est au fur et à mesure des années que je me suis rendue compte que j'ai eu beaucoup de chance d’être prise en charge très rapidement par une équipe qui connaissait ma maladie.

J'ai accouché à l'âge de 26 ans, il y a 11 ans.
Ma fonction cardiaque depuis est normale, aux alentours des 50%.
Au moindre doute, je consulte mon cardiologue.

Je voulais que mon témoignage puisse être utile à d’autres femmes qui me liront sur le site d’Agir pour le Cœur des Femmes. La fatigue et l’essoufflement sont des symptômes typiques de l’insuffisance cardiaque, mais ils sont souvent sous estimés en fin de grossesse. Une maladie du cœur, c’est la dernière chose à laquelle on pense quand on est jeune et enceinte.
Alors c’est important d’écouter son corps et de donner l’alerte le plus vite possible.

 

VOIR AUSSI

placeholder

Sophie, 47 ans

cadre supérieur en entreprise (Lyon)

« C’était pendant le confinement, j’ai ressenti des sensations bizarres. Je n’ai pas hésité à appeler le SAMU pour les décrire et on m’a dit que je faisais un infarctus… Heureusement, j’ai été prise en charge très vite, emmenée à l’hôpital et on m’a posé deux stents. Je [...]

Lire la suite

placeholder

Stéphanie, 55 ans

Secrétaire (Nancy)

« Une collègue de bureau m’a agressée verbalement pour un incident qui me paraissait sans importance. J’ai ressenti comme un choc physique, mais je n’y ai pas prêté attention. J’ai eu mal dans la poitrine et dans le bras gauche pendant deux ou trois jours, mais la douleur ne m’a pas [...]

Lire la suite

placeholder

LUCIE, 70 ANS

RETRAITEE (LYS-LEZ-LANNOY)

A 70 ans, en pleine forme, loin de moi l'idée d'être un jour diagnostiquée "personne en insuffisance cardiaque" (cardiomyopahie dilatée). Je reviens de loin.... C'est pour moi le seul organe auquel je ne pensais pouvoir être touchée. Jusque-là ma condition physique ne me posait [...]

Lire la suite

 Votre don permettra d’améliorer
la prévention au moment clef
de la vie d’une femme