logofg

ANTICIPER
Gynecologie

Contre-indications des hormones post-ménopausiques : feux rouges

Dans le contexte de la ménopause, certaines femmes ne peuvent pas utiliser de traitement hormonal de ménopause en raison de contre-indications qu’il faut absolument connaitre. Ces contre-indications sont le plus souvent en lien avec la molécule d’estrogène mais aussi dans certains cas plus rares en lien avec la molécule de progestérone.

placeholder image

Dans le contexte de la ménopause, certaines femmes ne peuvent pas utiliser de traitement hormonal de ménopause en raison de contre-indications qu’il faut absolument connaitre. Ces contre-indications sont le plus souvent en lien avec la molécule d’estrogène mais aussi dans certains cas plus rares en lien avec la molécule de progestérone.

Le tableau ci-dessous résume les principales contre-indications à connaitre.

Maladies hormono-dépendantes

Maladies vasculaires

Maladies métaboliques et autres situations cliniques

- En lien avec un cancer

·       Cancer du sein

·       Cancer de l’utérus (endomètre)

·       Cancer des ovaires

- sans lien avec un cancer

·       Maladies auto-immunes (Lupus...)

·       Méningiome*  

- Artérielle

·       Infarctus du myocarde

·       Accident vasculaire cérébral

·       Artériopathie oblitérante des membres inférieurs

·       Nombreux risque vasculaire

- Veineuse**

·       Maladie veineuse thromboembolique

·       Anomalie de l’hémostase

·       Antécédents familiaux sévères

- Métabolique

·       Augmentation sévère du cholestérol ou des triglycérides (lipides) non contrôlée

·       Diabète non contrôlé ou compliqué

-Autres

·       Saignements gynécologiques

·       Pathologie grave du foie ou du pancréas


* cette tumeur cérébrale le plus souvent bénigne contient des récepteurs de la progestérone
** chez certaines femmes la voie percutanée de l’estradiol peut être envisagée, mais un accord pluridisciplinaire doit être demandé

Dans le contexte du risque vasculaire, avant toute prescription d’hormone, au moment de la ménopause si la femme souffre d’un syndrome climatérique majeur, il faut évaluer l’ensemble des facteurs de risque, d’où l’importance d’un bilan complet. Ainsi en fonction du niveau de risque personnel, la stratégie thérapeutique sera affinée, optimisée et personnalisée.

 

VOIR AUSSI

placeholder

Sitting is the new smoking !

Activité physique

Une prise de conscience est plus que nécessaire ! Pourtant, rien de plus simple pour bouger : il suffit de marcher. Cette infographie répertorie les atouts d’une trentaine de minutes de marche par jour, si possible à un rythme plutôt soutenu. Sans oublier de se lever et de faire quelques pas, [...]

Lire la suite

placeholder

Le stress, une bombe à retardement

Stress

Les femmes ont de nombreux récepteurs aux hormones du stress, les catécholamines, au niveau de leurs artères et de leur muscle cardiaque. Leurs artères coronaires (les artères du cœur) sont également plus fines que celles des hommes. Tout cela les rend plus vulnérables aux spasmes artériels [...]

Lire la suite

placeholder

Accordez-vous le temps de bouger !

Activité physique

Seulement un peu plus de la moitié (53 %) des femmes en France «atteignent les recommandations de l’OMS en matière d’activité physique», soit au moins 2h30 par semaine d’activité d’intensité modérée ou 1h15 d’activité intense, selon une étude publiée le 9 juin 2020 dans le [...]

Lire la suite

 Votre don permettra d’améliorer
la prévention au moment clef
de la vie d’une femme