logofg

ACTUALITE

La cardiomyopathie hypertrophique (CMH) : la plus fréquente des maladies cardiaques génétiques

La CMH est une maladie du muscle cardiaque qui engendre un épaississement exagéré des parois du cœur. Dans la plupart des cas, il s’agit d’une maladie génétique. Elle touche environ une sur cinq cent naissances en France. Agir Pour le Cœur des Femmes met la lumière sur cette maladie cardiaque encore trop méconnue du grand public en demandant à notre ambassadrice experte, le Dr Eléonore Hebbar, cardiologue au CHU de Lille, de nous communiquer les éléments essentiels à connaitre pour une prévention toujours plus positive ! Agir avant qu’il ne soit trop tard ! Agir plutôt que subir !

placeholder image

Il existe une grande variabilité dans les symptômes provoqués par la cardiomyopathie hypertrophique (CMH). Certaines personnes peuvent présenter des palpitations, un essoufflement, des malaises ou des pertes de connaissance. Mais dans la majorité des cas, cette maladie n’entraîne pas ou peu de gêne fonctionnelle. C’est alors par un examen médical systématique avec un électrocardiogramme (ECG) ou lors d’un dépistage familial (si un parent est connu porteur de la CMH) que l’on découvre alors la maladie.
La CMH a tendance à s’exprimer à un âge plus jeune chez la femme. Il est important pour les femmes de savoir reconnaître précocement les symptômes et d’en parler à leur médecin qui pourra les orienter ensuite vers un cardiologue, notamment chez les femmes jeunes qui ont un projet de grossesse.
Afin de confirmer le diagnostic, on propose la réalisation d’une échographie cardiaque, et d’une IRM cardiaque. On proposera au cas par cas un prélèvement sanguin à la recherche de mutations génétiques pour conforter le diagnostic.
Il existe plusieurs traitements qui dépendront des symptômes de chaque personne. Il s’agira parfois de médicaments. Dans certaines situations, la pose d’un défibrillateur automatique implantable peut être nécessaire, car c’est une maladie du cœur qui peut être source de troubles du rythme ventriculaires graves afin d’éviter la mort subite.
Chez la jeune femme atteinte de CMH, il est parfois possible de mener à bien une grossesse si la situation cardiaque est stable. Avant de lancer le projet de grossesse, il faut en parler à son gynécologue et son cardiologue. Une consultation spécialisée de couple avec un médecin spécialisé en génétique doit être envisagée pour estimer le risque de transmission de la maladie au bébé. Dans tous les cas la jeune femme et le futur bébé auront un suivi médical rapproché tout au long de la grossesse, au moment de l’accouchement et après la naissance du bébé.
Le fond de dotation « Agir pour le Cœur des Femmes » permet d’améliorer la coordination des différents professionnels de santé intervenant chez les femmes présentant une CMH pour mieux s’adapter au projet de vie de chacune d’entre elles.
Dans nos témoignages de femmes, Clémence nous raconte son histoire de CMH, voulant alerter les femmes au dépistage ciblé.

 
VOIR AUSSI
placeholder

6 années supplémentaires de vie en bonne santé

Prendre soin de soi dès la quarantaine peut rapporter gros ! Les gains de vie les plus élevés sont liés à la réduction de la consommation d'alcool, l’arrêt du tabac ou ne pas fumer, la perte de poids ou le maintien d’un poids de santé, de bonnes habitudes de sommeil. Etre acteur de sa [...]

Lire la suite

placeholder

Un risque de mortalité maternelle multiplié par 100

Pendant la grossesse et après l’accouchement, le cœur et les artères sont particulièrement sollicités. Il est nécessaire de les surveiller attentivement et d’en prendre soin. D’abord pour éviter les risques immédiats : on estime à 150 000 en France le nombre de femmes en âge de [...]

Lire la suite

placeholder

Il était une fois l’anévrysme de l’aorte de la femme

MEDECINE VASCULAIRE

Les femmes sont concernées aussi, car le risque cardio vasculaire est chez les femmes devenu leur première cause de mortalité, et l'anévrisme en fait partie. Mais cet anévrisme peut être dépisté aisément par les ultrasons. Toutes les femmes de 50 ans avec un parent au premier degré [...]

Lire la suite

 Votre don permettra d’améliorer
la prévention au moment clef
de la vie d’une femme