logofg

TEMOIGNAGES
Boulangère (Villefranche de Rouergue)

Flora, 39 ans

placeholder image

J’ai vécu un grand choc lors de la naissance de ma fille il y a sept ans. C’était mon deuxième enfant, le premier accouchement s’était déroulé parfaitement, je n’avais pas de crainte particulière. J’avais travaillé jusqu’à deux semaines du terme et j’étais plutôt fière de ma grossesse. A mon arrivée à la maternité de l’hôpital, je ressens rapidement de l’agitation dans l’équipe médicale et on me parle d’un ton grave. Je ne comprends rien à ce que l’on me dit, ce sont des termes médicaux, je retiens que je fais une pré-éclampsie, je comprendrai ensuite qu’il s’agit d’une maladie de la grossesse, du placenta plus exactement, qui entraine une élévation de la pression artérielle et la fuite de protéines dans les urines. Mais je suis très confiante et je n’ai pas peur du tout. Ma fille naît très rapidement, je suis ravie. Puis tout à coup j’ai la tête qui tourne, j’ai mal au ventre et je me sens faible… Tout le monde s'agite. Les médecins entrent et sortent de la pièce, ils passent des coups de fil. J’ai soif, je suis très fatiguée. Hémorragie de la délivrance… Opération d’urgence… Puis complication grave de la pré-éclampsie avec un « Hellp Syndrome », une atteinte très grave du foie qui ne fonctionne plus correctement. Je suis transférée en réanimation. Je suis jaune poussin, j’ai enflé comme un ballon, je suis très faible et mon pronostic vital est engagé… Je suis dialysée… J’ai l’immense chance que mon état se stabilise et je sors de réanimation au bout de trois semaines. Le Hellp Syndrome est une complication gravissime de la grossesse due à une mauvaise fabrication du placenta en début de grossesse. Il n’y avait aucun signe qui puisse laisser envisager une telle tournure. On ne sait pas ce qui l’a provoqué. Tout est rentré dans l’ordre et je fais très attention à mon hygiène de vie. J’ai la chance de bénéficier d’un parcours coordonné cardio-gynécologique car je sais que je suis plus un peu plus à risque cardio-vasculaire qu’une jeune femme qui n’a pas eu de complications vasculaires de la grossesse. C’est important que les femmes connaissent bien leurs antécédents de grossesse pour en parler à leur médecin et se fassent suivre très régulièrement.

 

VOIR AUSSI

placeholder

Martine. 61 ans

Médecin de soins primaires (Colmar)

J’ai 61 ans et j’adore les sports extérieurs, la montagne, la nature. Même mon cancer du sein à 30 ans ne m’y a jamais fait renoncer, au contraire, cela a favorisé ma guérison. En 2017, dans un contexte de gros stress chronique familial et professionnel, je ressens soudainement des douleurs [...]

Lire la suite

placeholder

Jeanne, 70 ans

retraitée (Marseille)

En 2008, j’avais une douleur à la marche dans la jambe gauche. En définitive, j’avais une sténose à l’artère fémorale. J’ai hésité avant de subir une angioplastie. J’avais très peur de cette intervention. J’ai eu tort car 3 jours après l’intervention je remarchais normalement. [...]

Lire la suite

placeholder

Annie, 64 ans

Depuis quelques années je ressentais des troubles du rythme cardiaque qui duraient une heure environ 3 fois par semaine. Puis cela s'est aggravé 4 journées sur un semaine. C'était de l’arythmie. Échec de traitement. Des palpitations quotidiennes m'arrivaient sans que je fasse [...]

Lire la suite

 Votre don permettra d’améliorer
la prévention au moment clef
de la vie d’une femme