logofg

FONDS DE DOTATION
professionnels-de-sante

Vaccination contre la Covid-19 et risque de thrombose

La Société Française de Médecine Vasculaire (SFMV) et le Groupe Français d’Etudes sur l’Hémostase et la Thrombose (GFHT) ont publié ce vendredi 2 avril 2021 un communiqué de presse sur les questions autour de la vaccination contre le COVID-19 et le risque de thrombose. Commentaire par le Pr Gabrielle Sarlon, Médecin vasculaire au CHU de la Timone à Marseille et Ambassadrice d’Agir pour le Coeur des Femmes.

placeholder image

La phlébite, ou thrombose veineuse profonde, est la formation d’un caillot sanguin dans une veine, essentiellement des membres inférieurs. Lorsqu’un fragment de ce caillot se détache, il peut migrer vers les poumons et être à l’origine d’une embolie pulmonaire. Le risque de phlébite et d’embolie pulmonaire est de 1 à 2 cas pour 1 000 habitants par an en France. Les vaccins ne s’accompagnent pas d’un risque accru de thrombose, y compris avec les vaccins COVID-19 approuvés, et notamment le vaccin fabriqué par AstraZeneca. En revanche, une forme extrêmement rare de caillot sanguin survenant dans le cerveau, appelée thrombose veineuse cérébrale sinusale (TVCS) associée à une diminution des plaquettes sanguines (cellules qui participent à la coagulation) est apparue chez un petit nombre de personnes recevant le vaccin d'AstraZeneca, de l'ordre de 1:250 000 à 1:1 000 000. Le mécanisme de ces thromboses observées au niveau cérébral avec le vaccin AstraZeneca est d’ordre immunologique, en relation avec une activation exagérée de ces plaquettes sanguines qui, en s’agrégeant les unes aux autres sont à l’origine du caillot. Les personnes ayant déjà eu une thrombose doivent se faire vacciner, elles ne sont pas plus à risque de développer une TVCS et peuvent recevoir le Vaccin AstraZeneca. Aucun traitement préventif n’est à envisager avant ou après vaccination. En revanche, si vous prenez un traitement anticoagulant, celui-ci ne doit pas être interrompu. En cas de traitement anticoagulant, il faut appliquer une pression légère au site du vaccin pour éviter les saignements.

Agir pour le Cœur des femmes alerte pour anticiper et agir sur la maladie veineuse thrombo-embolique et relayer les actualités avec les commentaires d’ambassadeurs experts. Agir pour le Coeur des Femmes a établi un partenariat avec la Société Française de médecine vasculaire pour agir sur les maladies vasculaires artérielles et veineuses qui ont des spécificités très conditionnées par le statut hormonal des femmes.

Lire le communiqué

 

VOIR AUSSI

placeholder

Le cholestérol décrypté

Publications

Les idées reçues sur le cholestérol sont nombreuses. Tantôt dramatisé, tantôt minimisé. Tout ceci repose en partie sur une méconnaissance. L’intérêt de cet ouvrage est de transformer quelque chose de complexe, en une somme d’informations claires et simples. Quels sont ses rôles ? [...]

Lire la suite

placeholder

les symptômes vasomoteurs

publications

Les bouffées de chaleurs (BDC) et les sueurs nocturnes (SN) sont les symptômes vasomoteurs de la ménopause (SVM) les plus fréquents : environ 75% des femmes en souffriront, avec un pic de fréquence, 1 an après la ménopause. Leur association avec différents facteurs de risque cardiovasculaire [...]

Lire la suite

placeholder

Les Missions du Fond de dotation Agir pour le cœur des femmes

Nos missions

Alerter et mobiliser toutes les énergies pour l'éducation des femmes sur leur santé cardio-vasculaire à toutes les « phases clés » de leur vie hormonale : contraception, grossesse et péri-ménopause. Accélérer la prévention active en donnant accès à toutes les femmes au dépistage [...]

Lire la suite

 Votre don permettra d’améliorer
la prévention au moment clef
de la vie d’une femme