logofg

FONDS DE DOTATION
Rapport

Bilan Bus du Coeur 2022

Seule l’action collective et enracinée dans un territoire, mobilisant les acteurs locaux, peut avoir une réelle efficacité à terme

placeholder image
placeholder image

Trois questions au Pr Claire Mounier-Vehier et à Thierry Drilhon, cofondateurs d’Agir pour le Cœur des Femmes. Ils dressent un bilan très positif du développement du Bus du Cœur des Femmes en 2022, grâce au soutien coordonné des villes, des professionnels de santé locaux, des partenaires institutionnels et des partenaires financeurs. Sans eux, rien ne serait possible.

Pourquoi cet engagement pour la santé cardiovasculaire des femmes ?
Claire Mounier-Vehier : 8 femmes sur 10 se préoccupent d’abord de la santé de leurs proches et négligent la leur. 2 sur 3 repoussent le moment de consulter et se soignent seules, alors qu’elles manquent rarement un rendez-vous médical pour leurs proches. De nombreuses femmes ont des emplois difficiles, certaines élèvent seules leurs enfants, avec une lourde charge mentale. Et le stress psychosocial est un facteur de risque important. Alors, le message est essentiel : écoutez-vous, écoutez votre corps ! Nous avons créé Agir pour le Cœur des Femmes il y aura bientôt trois ans pour sensibiliser l’opinion publique à ces constats et faire passer des messages importants.
Thierry Drilhon : depuis son lancement en septembre 2021, près de 5 000 femmes ont pu bénéficier d’un dépistage gratuit dans le Bus du Coeur des Femmes, qui s’est arrêté dans 20 villes-étapes. Nous avons entraîné avec nous les villes, des acteurs d’envergure comme la Caisse Nationale d’Assurance Maladie, les partenaires publics et privés, tous nous ont réservé un accueil exceptionnel. Nous avons fédéré plus de 500 professionnels de santé présents bénévolement à chaque étape, en redonnant à toutes et tous du sens à une action collective au service de celles qui en ont le plus besoin. Nous les avons formés aux spécificités féminines du risque cardiovasculaire, avec l’objectif que les bonnes pratiques persistent une fois le Bus reparti.

Quels enseignements tirez-vous de la tournée 2022 du Bus ?
Thierry Drilhon : la réussite de notre action s’appuie sur l’implication forte des villes, l’expertise des professionnels de santé locaux et l’écosystème associatif du territoire. Elle redonne du sens, du lien, de l’écoute positive et de la bienveillance au métier de soignant. Le Bus du Cœur des Femmes est une réussite au-delà de toutes nos espérances. Il reprend la route dès le 8 mars 2023 pour un 3ème tour de France en 15 étapes.
Claire Mounier-Vehier : nous souhaitons créer des synergies avec les avancées du Ministère de la Santé et de la Prévention et contribuer à la préfiguration de modèles d’actions de prévention à développer à moyen terme. Nous avons conclu un partenariat avec l’organisme de formation Eduprat, qui forme 20 000 professionnels de santé par an pour l’Agence nationale du Développement Professionnel Continu.
Nous allons ainsi pouvoir faire entrer le risque cardiovasculaire et surtout le risque cardiovasculaire des femmes dans le programme officiel de formation certifiante.

Quels sont vos objectifs à moyen terme ?
Thierry Drilhon : développer notre action le plus longtemps et le plus loin possible en partageant ces bonnes pratiques à l’international ! Quand on sait que chez les femmes, les facteurs de risque classiques comme le poids, l’hypertension artérielle, le cholestérol, le tabac et le stress ont un impact plus délétère sur leurs artères, on comprend l’urgence de développer ces campagnes de dépistage, prioritairement vers les femmes en situation de vulnérabilité économique ou sociale, pour lesquelles tous les chiffres sont au rouge. Sauver une vie, c’est dépister au moins un facteur de risque cardiovasculaire ou gynécologique et éviter ainsi une complication parfois mortelle. Agir pour le Cœur des Femmes avait un objectif initial de sauver la vie de 10 000 femmes en 5 ans. Au vu des résultats du Bus du Cœur des Femmes, nous sommes convaincus que ce sera bien plus !
Claire Mounier-Vehier : rester trois jours par an dans une ville n’est bien évidemment pas suffisant. C’est pour cela que les dépistages sont réalisés par des professionnels de santé locaux à chaque étape du Bus du Cœur des Femmes, en partenariat avec les services santé et sociaux des villes qui préinscrivent les femmes. A l’issue de ce dépistage, ces femmes sensibilisées sont remises dans un parcours de soins avec des rendez-vous planifiés. La Caisse Primaire d’Assurance Maladie, sollicitée dans chaque ville, permet de remettre les droits des femmes à jour et de leur trouver un médecin traitant si besoin. Seule l’action collective et enracinée dans un territoire, mobilisant les acteurs locaux peut avoir une réelle efficacité à terme. »

Télécharger le document


 
VOIR AUSSI
placeholder

HTA ET GROSSESSE

Publications

La survenue d’une hypertension lors de la grossesse, même s’il s’agit d’une pathologie fréquente (une grossesse sur 10 en moyenne), perturbe encore l’organisation des soins. Il n’y pas de parcours de soins formalisé en France où le rôle de chaque professionnel de santé impliqué est [...]

Lire la suite

placeholder

Hildegarde, une naturopathe visionnaire au XIIe siècle

Histoire

Il est vrai que depuis le paléolithique, nos ancêtres cueilleurs ont compris que certaines plantes possèdent un effet sur la santé des corps et que les femmes-médecine des clans néanderthaliens conservaient des graines dans leurs outres pour les utiliser quand elles le jugeaient utile. Ce sont [...]

Lire la suite

placeholder

Recommandations 2021 de la Société Européenne d'Hypertension Artérielle

Publications

Le Société Française d'Hypertension Artérielle (SFHTA) en partenariat avec la Société Européen d'Hypertension Artérielle (ESH) a traduit en français les recommandations 2021 de la Société Européenne d'Hypertension Artérielle pour la mesure de la pression artérielle au [...]

Lire la suite

 Votre don permettra d’améliorer
la prévention au moment clef
de la vie d’une femme