logofg

ANTICIPER
Stress

Stress : Protégeons les femmes du briseur de coeur

La maladie coronaire est de moins en moins l’apanage des hommes. A l’heure actuelle, de plus en plus de femmes jeunes sont victimes d’infarctus du myocarde. Comment expliquer et prévenir cette véritable épidémie ? Agir pour le Cœur des femmes demande au docteur Jean-Pierre Houppe, cardiologue, expert en stress psycho-social de nous répondre.

placeholder image

Comme nous l’a rappelé la Covid 19, une maladie a des causes et des conséquences qui sont à la fois biologiques, psychologiques et sociales. De nombreuses études démontrent que les facteurs psychosociaux ont un rôle non négligeable dans la progression des infarctus chez les femmes jeunes. Le stress psychosocial arrive en troisième position des facteurs de risque d’infarctus derrière le tabac et le cholestérol et 20% des victimes d’infarctus présentent un tableau de stress post-traumatique.
Les femmes sont en première ligne face à ce stress psychosocial. Leur charge mentale familiale et professionnelle ne cesse d’augmenter. Elles vivent souvent seules, responsables de l’éducation des enfants, avec de revenus moindres que les hommes. Nombre d’entre elles sont dans une grande précarité sociale qui va en s’accroissant avec la Covid. Le stress face au quotidien et à l’avenir est alors majeur, provoquant souvent des effets sur l’alimentation, le tabagisme et l’activité physique.
En raison de spécificités anatomiques et biologiques, les femmes réagissent de façon particulière au stress aigu, ce qui augmente leur risque d’infarctus alors que leurs artères coronaires sont peu ou pas abimées. Pour les femmes jeunes, la survenue d’un infarctus du myocarde est très déstabilisante d’un point de vue psychologique et social. Elles vivent l’accident cardiaque comme une injustice, une perte de chances face à la vie, ne se sentaient concernées, ne le savaient pas, ont du mal à comprendre ce qui leur est arrivé. Nombre d’entre elles ont des séquelles importantes avec un handicap physique, parfois sévère et pourtant invisible des autres. Ce stress induit par la maladie multiplie par 2 le risque de récidive d’accident cardiaque, ce d’autant que la majorité d’entre elles ne vont pas en rééducation cardiaque, ce temps si précieux et privilégié pour aborder le stress plus sereinement.
La protection du cœur des femmes et en particulier des plus jeunes, en les aidant à réduire leur stress, en les soutenant lors de l’épreuve de la maladie, en favorisant leur bien-être est au cœur des missions que s’est assigné le fonds de dotation « Agir pour le Cœur des Femmes » : Alerter sur les méfaits du stress sur le cœur et les artères, Accompagner ces femmes, notamment les plus précaires dans leur plan de soins cardio-gynécologique et Agir en leur apprenant les bonnes méthodes de gestion de stress (cohérence cardiaque, méditation en pleine conscience, reprise d’une activité physique encadrée), en se faisant aider si nécessaire, par des professionnels experts du stress.

Pour en savoir plus :
Le livre du Dr Jean-Pierre Houppe. Le cœur du bonheur: J'ai choisi d'être heureux pour éviter l'infarctus! Editions Dunod. Mai 2019.


 

VOIR AUSSI

placeholder

Contre-indications des hormones post-ménopausiques : feux rouges

Gynecologie

Dans le contexte de la ménopause, certaines femmes ne peuvent pas utiliser de traitement hormonal de ménopause en raison de contre-indications qu’il faut absolument connaitre. Ces contre-indications sont le plus souvent en lien avec la molécule d’estrogène mais aussi dans certains cas plus [...]

Lire la suite

placeholder

Anticiper et Agir : le traitement des apnées du sommeil, un choix éclairé après une consultation d’annonce !

Pneumologie

Il est aujourd’hui acquis qu’un syndrome d’apnées du sommeil (SAS) sévère (index d’apnées-hypopnées (IAH) >30/heure) est un facteur de risque cardio-vasculaire majeur, en particulier d’hypertension artérielle et de troubles du rythme cardiaque. Le traiter efficacement et [...]

Lire la suite

placeholder

Sucre et coeur : de faux amis

Nutrition

De quoi parle-t-on ? Du sucre sucré au goût, d’abord, que l’on trouve dans les aliments et les boissons sucrées parce qu’ils sont riches en saccharose et en fructose : on parle de sucres. Mais l’amidon que l’on trouve dans le pain (et les céréales) et les pommes de terre n’est [...]

Lire la suite

 Votre don permettra d’améliorer
la prévention au moment clef
de la vie d’une femme