logofg

ANTICIPER
Gynecologie

Comment traiter les bouffées de chaleur à la ménopause ?

La qualité de vie à la ménopause est essentielle au bien-être global des femmes, aussi il faut s’acharner à trouver la (ou les solutions) qui permettra (ont) à chacune de vivre cette période dans la sérénité.

placeholder image

80% des femmes vont ressentir des bouffées vasomotrices (bouffées de chaleur et/ou sueurs nocturnes) à la ménopause. Ces symptômes peuvent même débuter dans les années qui précèdent. Pour certaines femmes, ils sont très invalidants et altèrent leur qualité de vie, pour plus de 25% d’entre elles. Si ces symptômes durent 5 à 7 ans en moyenne, certaines femmes n’en n’auront jamais, alors que d’autres seront gênées durant plusieurs décennies.
La thérapeutique la plus efficace est sans aucun doute le traitement hormonal de la ménopause (THM). En effet, la mise en route d’un traitement à base d’estrogènes permet presque toujours de faire disparaitre ces symptômes. Cependant il peut être contre-indiqué, ou non souhaité par les femmes.
Des alternatives au THM peuvent alors leur être proposées, avec des résultats variables d’une femme à une autre. Chaque solution peut convenir l’une ou à l’autre, sans pouvoir le déterminer à l’avance. C’est pourquoi il convient de proposer et d’essayer diverses alternatives.
Parmi les choix possibles, les alternatives pharmacologiques utilisent un médicament ou un principe actif. Il existe aussi des alternatives non pharmacologiques. De grandes études internationales ont permis de distinguer celles qui apportent un effet positif significatif par rapport à un placebo, celles sans effet ou celles dont l’efficacité reste à ce jour discutée dans la communauté scientifique.
Alternatives efficaces : certains médicaments utilisés dans d’autres maladies, comme la dépression ou l’hypertension artérielle, sont efficaces pour la gestion des bouffées vasomotrices. Leur utilisation sera proposée aux patientes qui souffrent de ces pathologies, en espérant résoudre aussi leurs symptômes de ménopause. Une discussion doit s’engager entre le médecin et la patiente avant d’envisager ce type de molécule. Parmi les alternatives non pharmacologiques, l’hypnose et le yoga ont également montré leur efficacité.
Alternatives à l’efficacité discutée : l’acupuncture et les extraits d’isoflavones, appelés phytoestrogènes. Ces produits issus des plantes ont un effet se rapprochant de celui des estrogènes. Ils pourraient aider en cas de bouffées vasomotrices, mais leur utilisation est contre-indiquée en cas de pathologies estrogéno-dépendantes, comme le cancer du sein.
Alternatives non efficaces : elles n’ont pas d’effet significatif démontré comparativement à un placebo : l’homéopathie, le trèfle rouge, le ginseng, le black cohosh, les herbes chinoises, la relaxation, la réflexologie et l’aromathérapie. Pour autant, ces alternatives peuvent être essayées avec des résultats favorables chez certaines femmes. Méfions-nous par ailleurs des solutions « miracles », parfois trouvées sur Internet, qui proposent des plantes dont la toxicité, notamment hépatique, n’est pas nulle.

 

VOIR AUSSI

placeholder

Sitting is the new smoking !

Activité physique

Une prise de conscience est plus que nécessaire ! Pourtant, rien de plus simple pour bouger : il suffit de marcher. Cette infographie répertorie les atouts d’une trentaine de minutes de marche par jour, si possible à un rythme plutôt soutenu. Sans oublier de se lever et de faire quelques pas, [...]

Lire la suite

placeholder

L’ARTÉRITE : UNE AFFAIRE DE FEMMES ?

Médecine vasculaire

L’Artériopathie Oblitérante des Membres Inférieurs (AOMI) parfois appelée « artérite » correspond à une d’obstruction des artères des jambes par des plaques d’athérome le plus souvent. L’AOMI est sous-diagnostiquée et sous traitée, notamment chez la femme, avec seulement un patient [...]

Lire la suite

placeholder

La ménopause prématurée pourrait augmenter le risque de démence ultérieure !

Gynecologie

La ménopause qui survient avant 40-45 ans est dite « avancée », l’âge moyen de la ménopause en France est d’environ 50 ans. Elle peut être naturelle avec un arrêt progressif du fonctionnement des ovaires, chirurgicale suite à une ovariectomie bilatérale ou encore secondaire à la prise [...]

Lire la suite

 Votre don permettra d’améliorer
la prévention au moment clef
de la vie d’une femme